Actualité

"Les Fous ne sont plus ce qu'ils étaient"

Le nouveau spectacle mis en scène par Laurence Fabre présentation à Avignon en juillet 2021

Textes de Raymond Devos

Adaptation : Elliot Jenicot et Laurence Fabre

Avec : Elliot Jenicot (ex pensionnaire de la Comédie Française)

Mise en scène : Laurence Fabre

Lumières : Quentin Rigot

Costumes : Corine Vervondel

Avec le soutien de la Fondation Raymond Devos

THEATRE LA LUNA
1 rue Séverine – 84000 Avignon

Affiche de la pièce de théâtre
Mise en scène Laurence Fabre. Avignon 2021

Note de mise en scène

La folie, un thème universel et théâtral.
Quand Elliot Jenicot m’a proposé de collaborer à « Les fous ne sont plus ce qu’ils étaient », un seul en scène d’après des textes d’un certain Raymond Devos, j’ai dit oui, et sans aucune hésitation.
J’ai dit oui, parce que l’auteur est un magicien des mots. Parce que son univers, fait d’absurde, de poésie et de rire, nous fait voyager, nous fait rêver. Les textes choisis sont d’une grande théâtralité. Les mots sont ceux du quotidien qui sous la plume de Raymond Devos se nourrissent d’un souffle philosophique, voire existentiel. Avec force et bonheur, ces mots nous offrent un spectacle sur l’être humain. Leur sens exacerbé nous entraîne dans une surprenante confrontation avec les tourments de
notre conscience…tutoyant les confins de notre folie.
J’ai dit oui, parce que Raymond Devos nous renvoie le plus juste des reflets. Parce que ce spectacle nécessite une mise en scène juste et sobre et folle à la fois. Créer un terrain de vérité qui restitue la magie des mots. J’ai dit oui, parce que Elliot Jenicot, est un artiste que j’admire beaucoup. Il sait tout faire, avec grâce et excellence ! Il a commencé son métier comme acteur de rue, puis de music-hall (comme Raymond Devos, autre point commun aux 2 artistes), puis au café-théâtre qui l’emmène au théâtre, avec la non moins célèbre, Comédie Française.

Acteur, burlesque, mime, danseur, chanteur, Elliot Jenicot est un artiste unique, excessivement original et travailler avec lui est passionnant. J’ai dit oui, parce que les mots délirants de Raymond Devos et l’interprétation débridée de Elliot Jenicot se marient à merveille. Leurs deux univers se parlent, se répondent, s’entrechoquent, s’enlacent.
J’ai dit oui, parce qu’un tel défi artistique et théâtral ne pouvait en aucun cas se refuser, faire que la folie de Devos et celle de Jenicot ne soient plus qu’une !

Tout cela, je l’espère, pour le plus grand bonheur du public.

Laurence Fabre

Entretiens d’embauche et autres demandes excessives

Reprise du Spectacle en Septembre 2019 Au Théâtre Essaïon à Paris

6, rue Pierre au lard (à l’angle du 24 rue du Renard) 75004 Paris​

Créé en avant-première au Festival « Seules… en scène » de Boulogne-Billancourt, le spectacle a été joué avec succès au Festival OFF d’Avignon 2015.

Le spectacle: Entretiens d'embauche et autres demandes excessives
Entretiens d'embauche et autres demandes excessives

Résumé

A la fois drôle et bouleversante, une demandeuse d’emploi nous entraîne sur un chemin où la quête d’un travail devient… quête existentielle. Sur le mode tragi-comique, peu à peu se dessine un portrait de femme à fleur de peau, tour à tour volcanique et démunie, dans laquelle chacun se reconnaîtra.

Note d’intention du metteur en scène

La femme qui nous parle demande du travail, de la compassion, du temps, de l’amour… tout ce qu’il est nécessaire de posséder pour vivre. Mais c’est évidemment de la violence de ce qu’elle reçoit en retour qu’il s’agit. De la déception en toute chose.
De l’insatisfaction existentielle… Est-il vrai que l’on n’existe pas si l’on n’est pas désiré ?
Il n’y a qu’une seule et même histoire composée d’épisodes qui montrent cette femme en pleine perte de confiance en elle, mais remplie d’une cocasse
grandeur d’âme sachant se muer en colère. Nous observons son existence se jouer sur l’attente d’un boulot qui devient la parabole de la vie.
Sur un plateau nu, le travail de jeu est organique, proche du clown du point de vue de l’engagement physique de la comédienne et de sa relation naïve au monde qui l’entoure.
Ce personnage qui ne veut pas mentir, qui ne veut prendre la place de personne et qui avance dans son existence avec humilité et effacement, a-t-il une chance
de franchir le mur qui le sépare du monde du travail et, au delà, de réussir sa vie?
Anne Bourgeois